Le mouvement Mitchell

C’est le plus simple des mouvements et généralement le plus utilisé dans les tournois de régularité. (par paire).

a) Cas général (nombre impair de tables complètes)
Les tables sont numérotées de 1 à n.
L’arbitre prépare un nombre d’étuis multiple du nombre de tables.

Exemple : 9 tables

18 étuis : 2 donnes par table

27 étuis : 3 donnes par table

36 étuis : 4 donnes par table

b) Nombre impair de tables complètes et Table incomplète

Les lignes Nord-Sud et Est-Ouest ne joueront pas le même nombre de donnes.

Le mouvement des étuis et des joueurs reste le même.

Si le transfert des étuis est assuré par les joueurs, ces donnes sont confiées à la paire N/S de la table 1, qui, A CHAQUE POSITION, FERA TRANSFERER, NON PAS LES ETUIS QU’ELLE VIENT DE JOUER, MAIS LES ETUIS EN ATTENTE.

c) Cas d’un nombre pair de tables (Mitchell à saut)

S’il y a un nombre pair de tables, les joueurs retombent après la moitié du tournoi sur les donnes qu’ils ont jouées à la première position.

Pour éviter ce problème : L’Arbitre doit faire sauter une table aux joueurs après la position n/2 (n étant le nombre de tables), les étuis étant transférés normalement. 

Le saut fait perdre une position de jeu. Par exemple, avec 6 tables et 4 donnes par table, on ne pourra jouer que 5 positions de 4 donnes, soit 20 donnes.

d) Cas d’un nombre pair de tables (Guéridon)

Une autre façon d’éviter que les paires E-O ne retombent sur les donnes jouées à la première position consiste à placer un guéridon relais après la table n/2 (pour un tournoi de n tables).

Sur ce guéridon relais sera placée une série d’étuis.

Cette procédure :

•Diminue les risques d’oublier le saut après la position n/2

•Permet de ne pas perdre de position de jeu (permet de jouer par exemple 24 donnes sur 24 avec 6 tables) 

Si le nombre de tables n est pair, l’Arbitre peut placer un guéridon relais entre les tables n/2 et (n/2)+1.

•Il place ses étuis sur les (n-1) premières tables et sur le guéridon relais.

⇒ Si la dernière table est incomplète, il n’y a pas d’étuis à cette table.

⇒ Si elle est complète, elle partage à chaque position les étuis qui arrivent à la table 1.

A la fin de chaque position, les étuis descendent normalement.

Si le transfert est assuré par les joueurs (et non l’arbitre), le guéridon est géré par la table n/2  qui conservera le guéridon et fera transférer les étuis qu’elle vient de jouer.