Enseigne ou couleur

Pique

Le terme « pique » désigne, au XIVe siècle, une arme formée d’une pointe de fer placée au bout d’une hampe. Pour les cartes à jouer, le terme pourrait provenir d’une analogie avec l’enseigne latine dont elle est dérivée, l’épée.

Dans d’autres langues, le terme est généralement un dérivé de « pique » (allemand : Pik, espagnol : picas,  etc.) ou d’une adaptation d’« épée » ( anglais : spades, etc.).

L’enseigne de pique est représentée par une forme de pique très stylisée, pointe vers le haut, le bas s’évasant en deux arcs de cercle et revenant vers le centre pour ensuite former une sorte de pied.

Généralement, les piques sont de couleur noire. Ils forment l’une des deux couleurs majeures au bridge (avec les coeurs).

« Être fagoté comme l’As de Pique » est une expression populaire en rapport avec la carte de l’As de Pique. « Fagoter » vient des fagots de bois : il désigne le fait d’assembler et de lier des branches et brindilles en fagots. Mal liées, ou mal « fagotées », les branches dépassent dans tous les sens du fagot. De même, les vêtements de la personne « mal fagotée » rebiquent ici ou là, que ce soit le col relevé ou la chemise sortie du pantalon, etc. Quant à l’as de pique, son association à l’expression fait débat. Selon certains, l’as serait tout simplement la carte la moins bien « habillée » d’un jeu de cartes (notamment par rapport aux « figures », valets, dames et rois). Au XVIIe siècle, on désignait par « as de pique » un personnage gringalet et chétif. Par la suite et aujourd’hui encore, il servait à qualifier un individu étrange et drôle. Sans doute par analogie à cette drôlerie, l’expression « être fagoté comme l’as de pique » signifie que l’on est mal habillé.

Trèfle

En français, l’usage du terme « trèfle » pour les jeux de cartes est attestée au moins depuis le XVIe siècle.

Dans d’autres langues, le terme peut être un dérivé de « trèfle » (allemand : Treff, de « fleur » (italien fiore), de « croix » (allemand Kreuz) ou de « bâton », enseigne dont dérive celle des piques (espagnol bastos, anglais  clubs).

L’enseigne de trèfle est représentée par une forme de trèfle à trois feuilles très stylisé, pied vers le bas.

Généralement, les trèfles sont de couleur noire. Ils peuvent cependant être représentés en vert, ce qui est le cas par exemple au bridge (où il s’agit de l’une des deux enseignes mineures, avec le carreau).

         Tableau de Georges de La Tour, Le tricheur à l’as de trèfle, version alternative du tricheur à l’as de carreau, où l’un des personnages se saisit d’un as de trèfle glissé dans l’arrière de sa ceinture.

Dans la chanson Caroline de MC Solaar , l’as de trèfle tient une place particulière : « Je suis l’as de trèfle qui pique ton cœur… Caroline… ».

Carreau

En français, le terme « carreau » (parfois orthographié « quarreau » ou « carreaul ») apparait au XVIe siècle pour nommer l’enseigne de jeu de cartes. Il désigne depuis les XIIe ou XIIIe siècle un objet de section carrée, plus particulièrement les pavés plats servant au carrelage.

En anglais diamonds.

Le carreau possède typiquement une forme de losange, un parallélogramme aux quatre côtés égaux, posé sur l’une de ses pointes. Les côtés sont parfois légèrement arrondis et les quatre sommets placés en carré, faisant ressembler l’enseigne à une astéroïde.

Généralement, les carreaux sont de couleur rouge. Ils peuvent cependant être représentés en bleu, ce qui est le cas par exemple au bridge (où il s’agit de l’une des deux enseignes mineures, avec le trèfle).

    Tableau de Georges de La Tour, Le tricheur à l’as de carreau, où l’un des personnages se saisit d’un as de carreau glissé dans l’arrière de sa ceinture.

 

Coeur

L’origine du terme « cœur » pour décrire l’enseigne, qui ne ressemble que très marginalement à un vrai cœur, n’est pas connue. De façon générale, les équivalents dans d’autres langues que le français signifient également « cœur ».

En anglais hearts.

Le cœur possède typiquement une forme de cardioïde dont la partie inférieure possèderait une pointe. Le symbole est dessiné avec sa pointe vers le bas, les deux lobes de la cardioïde vers le haut. Généralement, les cœurs sont de couleur rouge.