Les donnes extraordinaires

La donne du siècle

Cette donne étonnante a été publiée par Heinz Guthwert, le 25 février 1978, dans le journal finlandais Ita Sanomat sous le titre « La main du siècle ». Le coup s’est présenté dans la ville finlandaise de Borga près d’Helsinki, au cours d’une rencontre interclub.

Qu’auriez-vous déclaré à la place de Matti Virmialas, en Sud, avec :

A R D 10 9 6 5 4 3 

A R D 10 

Annonces : O donneur, NS vulnérables

Ouest Nord Est  Sud
1 passe passe 2
passe 2 SA passe 3
passe 3 SA passe ?

 

Virmialias fit la stupéfiante déclaration de  . . . 7 Cœurs !

Stupéfiante, mais pas illogique à partir du moment où il n’a pas déclaré directement 6 Piques sur l’ouverture de 1 Cœur.

Son cue-bid à 2 Cœurs était forcing de  manche, et Nord ne pouvait donc pas encore passer sur 3 Piques.

La seconde enchère de 3 SA ayant confirmé que Nord avait certainement le valet quatrième à Cœur, Sud, décidé à aller au grand chelem,

déclara 7 Cœurs pour éviter la coupe d’entrée à Cœur, qui était inévitable à 7 Piques.

Voici la donne. Entame As de trèfle. Comment Sud gagne-t-il 7 cœurs contre toute défense ?

       
    V 9 8 6    
    D 10 8 6 4    
    D V 7 3    
       
V 7
           N   8 2
7 5 4 3 2
O   E  
A R 7   V 9 5 3 2
A R 8   S   10 9 6 5 4 2
 
    A R D 10 9 6 5 4 3
   
    A R D 10
   
         
         

Le déclarant coupa l’entame avec le 10 de Cœur, et, estimant que Ouest avait certainement cinq Cœurs, il prit soin de ne pas jouer atout, mais il tira ses gros piques.

Quand Ouest coupa au troisième tour, il surcoupa avec le 6 de Cœur du mort, reprit la main grâce à la dame de Cœur et continua Pique… Peu importe qu’Ouest coupe immédiatement ou retarde l’échéance, il était  condamné. En effet, quand il coupa Pique pour la seconde fois, le  mort  surcoupa, et Sud n’eut plus qu’à tirer As et Roi de Cœur pour faire le reste avec tous ses Piques maîtres…

Dans l’autre salle, les enchères furent plus rapides : Sud annonça directement 7 Piques sur l’ouverture de 1 Cœur et il chuta d’une levée sur l’attaque à Cœur.

José Le Dentu  – « Le bridge »

Laisser un commentaire